Sophie3Prénom et nom:

Sophie Morel

Âge:

36 ans

Surdité et moyens de communication:

« Je suis médicalement sourde profonde. Parfois, je me sens malentendante, parfois je me sens sourde, cela dépend de la situation dans laquelle je me trouve ». Sophie porte un implant cochléaire et une prothèse auditive numérique. Elle communique par la parole avec les personnes qui entendent et elle utilise la langue des signes et le français signé avec les personnes sourdes et malentendantes.

Fonction:

Responsable de la gestion financière et soutien à la direction au niveau administratif et des ressources humaines chez Info-Sourds de Bruxelles.

Parcours scolaire:

J’ai fait mes maternelles et la moitié de mes primaires dans une école assez difficile, le niveau était assez haut, je n’avais pas très facile à cause de ma surdité.Face à ces difficultés, j’avais une aide pédagogique qui révisait les cours avec moi à la fin de chaque journée. Mais sur le long terme, c’était trop lourd.

Alors mes parents ont décidé de me changer d’école et de m’inscrire dans une école normale, conseillée par le Centre Comprendre et Parler, qui avait l’habitude d’accueillir des élèves sourds et malentendants et j’y ai terminé toutes mes années.
Pour les études supérieures, j’ai d’abord voulu suivre un cursus d’infirmière : j’ai adoré les cours ! Mais les stages ne se sont pas bien passés. J’y ai subi une pression considérable et très forte de la part des professeurs et du directeur de l’école. Ils me disaient qu’avec ma surdité, je ne pouvais pas être infirmière. Vexée, j’ai essayé de leur prouver que j’étais capable et égale aux entendants. J’ai réussi presque tous mes examens à la très grande surprise de ceux qui me sous-estimaient. Mais finalement, je n’aimais pas le métier d’infirmier.

Ensuite, ne sachant vraiment pas ce que je voulais faire, je me suis lancée dans des études d’esthéticienne et j’ai également suivi en parallèle des cours de chef d’entreprise pour avoir l’accès à la profession afin de pouvoir ouvrir mon propre salon de beauté. Après ces deux cursus, même diplômée en esthétique et chef d’entreprise, je n’avais pas trouvé ma voie. J’avais découvert la comptabilité et je m’y sentais bien alors je me suis lancée dans un graduat de comptabilité en promotion social à Bruxelles. Et là mes études se terminent.

Parcours professionnel:

A la sortie d’école en 2003, j’ai été directement engagée chez Info-Sourds. J’ai eu beaucoup de chance. C’est le Centre Comprendre et Parler qui m’a informée de l’existence de ce poste.

Difficultés rencontrées:

Lors de mes études, les professeurs parlent généralement vite, n’articulent pas toujours et ne sont pas toujours face à moi et je ne connaissais pas la langue des signes, ni le LPC à cette époque donc je devais me débrouiller seule avec les notes des autres élèves, s’ils voulaient bien me les prêter ! L’aide idéale aurait été une preneuse de note mais malheureusement, ça n’existe pas.

En ce qui concerne mon parcours professionnel, j’ai eu de la chance d’avoir trouvé sans chercher et surtout de travailler dans le milieu de la surdité. Mon seul obstacle est que je ne sais pas téléphoner. Et cela même avec mon implant cochléaire ! Je dois toujours demander qu’on téléphone pour moi.

Conseils aux jeunes sourds:

Il ne faut pas se sous-estimer. Il ne faut pas avoir peur, même s’il y a des obstacles. Il y a presque toujours moyen de trouver des solutions !
Nous sommes égaux aux entendants !

Retrouvez d’autres profils ici !