DSC_9082-Modifier-ModifierPrénom et nom :

Laurent Duquesne

Âge:

40 ans

Surdité et moyens de communication:

Laurent est sourd profond. Il s’exprime en français oral et en langue des signes.

Fonction:

Activité principale : architecte.
Également conseiller en accessibilité et professeur en LSFB (Langue des Signes Francophone Belge)

 

Parcours scolaire:

J’ai fait mes études secondaires générales à l’Institut de la Sainte-Union de Kain, près de Tournai (1987-1993). Pour mes études supérieures, j’ai fait un Master à l’Institut Supérieur d’Architecture Saint-Luc de Bruxelles (1993-1998).

Parcours professionnel:

En tant que Conseiller en accessibilité :
De 2008 à 2009, j’ai commencé mon parcours professionnel en travaillant pour l’ANLH (Association Nationale pour le Logement des Handicapés). Là-bas, je participais aux dossiers d’expertise sur l’accessibilité des PMR (Personnes à Mobilité Réduite).
De 2009 à 2010, j’ai continué à participer aux dossiers d’expertise sur l’accessibilité des PMR, mais cette fois-ci à titre privé.
Enfin, depuis 2010, je travaille à l’asbl Passe Muraille à Mons. Je travaille au sein du Bureau d’étude en accessibilité et en signalétique, je participe également aux dossiers d’expertise et de conseils sur l’accessibilité des PMR.

J’ai aussi participé à la création d’un ouvrage ” Les Sourds et l’Architecture : quels sont les aménagements possibles” en collaboration avec la Fédération Francophone des Sourds de Belgique (FFSB).
En tant qu’Architecte :
Juste après mon Master en Architecture, j’ai commencé ma carrière d’architecte chez « Architecture Concept » à La Louvière. Je participais aux études d’avant-projet et aux dossiers de permis d’urbanisme et d’exécution dans le cadre des projets de rénovations et de constructions. De 2000 à 2009, j’ai travaillé chez Assar SPRL et chez Vizzion Architects SCRL à Bruxelles. Je participais aux dossiers d’exécution dans le cadre de différents projets. Enfin, depuis 2000, je travaille également à titre privé.

Difficultés rencontrées:

Durant les études:

Mon parcours d’intégration a été difficile. Pourquoi ? J’ai éprouvé des difficultés à la fois sur le plan de l’apprentissage mais également sur le plan de la communication.
Heureusement, durant mes études secondaires, j’ai pu partager des moments avec d’autres sourds car nous étions dans la même école. Ça m’a permis de prendre confiance en moi et d’affronter le regard des autres. C’est grâce au soutien de ma famille et à la compréhension des aides pédagogiques et des interprètes que j’ai pu réussir.

Sur le marché de l’emploi:

Au niveau du parcours professionnel, d’autres difficultés sont apparues. Trop souvent, lors de réunion avec les intervenants sur un chantier, il n’est pas toujours facile de suivre les conversations. Je suis alors obligé de demander qu’une seule personne s’exprime à la fois. Je dois aussi demander aux gens de répéter. La demande d’interprète en langue des signes ne se fait que rarement.
En ce qui concerne les appels téléphoniques, heureusement qu’il y a les nouvelles technologies (sms, email, webcam, etc.). Ça m’a aidé à nouer les contacts avec des entrepreneurs et des clients. La seule difficulté rencontrée, c’est que certains entrepreneurs ne réagissent pas à ma demande par email et je dois donc faire appel aux personnes de mon entourage pour le contacter directement par téléphone.
En effet, beaucoup d’entrepreneurs préfèrent les conversations orales (par téléphone) afin de résoudre les problèmes de chantier assez rapidement.
Autre difficulté : les tâches administratives liées à mon statut d’indépendant. Celles-ci ne sont pas toujours évidentes et me demande un double effort par rapport à ma situation de handicap. Cela me fait perdre du temps inutilement.

Conseils aux jeunes sourds:

N’hésitez pas à choisir un travail pour lequel vous avez une passion, avec de la créativité et l’envie d’aller de l’avant, même si les difficultés se posent. Montrez vos envies et votre volonté d’aller plus loin !
Ne soyez pas trop vite déçu, la vie est comme un match de foot, rien n’est jamais perdu, il faut se battre jusqu’au bout, car on peut marquer des points jusqu’à la dernière minute !

Retrouvez d’autres profils ici !