Eric1Prénom et nom:

Eric Nile

Âge:

34 ans

Surdité et moyen de communication :

Eric est sourd profond. Il s’exprime en français oral.

Fonction:

Informaticien indépendant

Parcours scolaire:

  • Primaires : Centre scolaire du Blankedelle (Auderghem)
  • Secondaires :
    • 1ère et 2ème secondaires : école Saint-Julien-Parnasse (Auderghem)
    • 3ème à 6ème secondaires : Centre scolaire du Sacré-Coeur de Lindthout
  • Etudes supérieures : à l’INRACI. J’ai ai fait trois ans, et à chaque fois j’ai  dû recommencer mon année. Ma motivation était faible et en plus les cours n’étaient pas adaptés pour le métier que je voulais exercer. Les cours étaient très généraux : programmation, etc. Ce n’était pas ce que je voulais faire. Je voulais être IT consultant et travailler dans la gestion de parcs informatiques (support network). À l’époque, il n’y avait pas d’école pour étudier ce métier-là. J’ai cherché mais en vain.

Parcours professionnel:

Comme les cours que je suivais ne correspondaient pas à ce que je cherchais, j’ai envoyé des CV au hasard afin de trouver un emploi. Un patron a vu que j’avais de bonnes bases et il m’a payé des formations, tout en m’engageant. C’est cela qui m’a fait démarrer dans de bonnes conditions. Au final, j’ai cherché pendant six mois tout en étant à l’ORBEM (actuellement Actiris).

  • De  2001 à 2004 : j’ai travaillé comme informaticien à la PERPAR S.A. Mais je souhaitais mieux gagner ma vie, donc j’ai cherché un autre emploi. Et j’ai trouvé ailleurs, en 2004.
  • De 2004 à 2006 : j’ai travaillé comme informaticien mais cette fois à la CRE TEAM SPRL. Cependant, la CRE TEAM sprl a fait faillite en 2006. Je me suis donc retrouvé au chômage.

Pendant 3 mois, j’ai profité pour faire des travaux dans ma maison. Mais ensuite, au bout je me suis senti trop isolé, je n’avais plus de contacts sociaux. Tout le monde, y compris ma femme, étaient partis au travail en journée. Je me suis donc mis à rechercher activement un nouvel emploi, ce que j’ai trouvé en septembre 2006.

  • 2006 à 2014 : J’ai travaillé à mi-temps comme informaticien à l’APEDAF.

J’ai toujours rêvé de devenir indépendant mais c’était impossible de combiner le chômage et la fonction d’indépendant complémentaire pour démarrer… J’ai donc trouvé ce mi-temps à l’APEDAF, et un autre en tant que traiteur de sushis à mi-temps pendant 3 mois. Depuis début janvier 2007, je me suis lancé comme indépendant complémentaire.

  • En 2012, je suis enfin devenu indépendant à titre principal, mais j’ai pu continuer mon mi-temps à l’APEDAF en même temps jusqu’en septembre 2014.

Difficultés rencontrées:

Sur le marché de l’emploi:

Quand on me demande : « As-tu rencontré des difficultés dans ton parcours professionnel liées à ta surdité ? », je réponds : « Bien sûr ! La langue ».
Je ne pouvais pas parler anglais, ni néerlandais et je ne pouvais pas non plus téléphoner. Pendant les réunions où il y a beaucoup de monde, ça parle dans tous les sens et j’ai toujours du mal à suivre. Parfois les gens oublient que je suis sourd.

Dans mon CV, au début, je mettais que j’étais sourd. Mais les réponses étaient lentes voire inexistantes. Par la suite, j’ai donc envoyé des CV sans mentionner ma surdité. Et là, j’ai eu plein de réponses rapidement ! Même pour avoir des entretiens d’embauche. Pendant les interviews, je voyais bien que les gens avaient peur, puis je les mettais à l’aise.
Autre difficulté, si je veux faire des formations pour me perfectionner, il n’y a pas d’interprètes, c’est dur pour bien suivre et comprendre une formation du coup !

Conseils aux jeunes sourds:

Il ne faut pas baisser les bras ! Le travail ne tombe pas du ciel tout cuit dans votre main ! Il faut avoir de la personnalité, du caractère. Il faut oser sonner aux portes, être ouvert, et actif. Si vous voulez être indépendant, il faut chercher un mi-temps, n’importe lequel, même s’il s’agit de faire le ménage. Et en même temps, il faut démarrer une activité en tant qu’indépendant complémentaire sur le côté.
Il ne faut pas s’arrêter aux premiers obstacles ! Si vous rencontrez des problèmes, réfléchissez à une solution, renseignez-vous. Vous serez sans doute confronté à plusieurs obstacles dans votre parcours, mais il y a des solutions. Il ne faut pas se dire : « oh, être indépendant, c’est trop difficile niveau finances, etc. ». Il faut se renseigner, prendre ses informations et aller de l’avant. Ce n’est pas parce que nous sommes sourds qu’il n’y a pas de solution. Les solutions existent !

Retrouvez d’autres profils ici !