Histoire de l’association

C’est en 1978 que naît l’APEDAF en tant qu’ASBL. A ce jour, elle est l’unique association de ce type en Communauté française, devenue Fédération Wallonie-Bruxelles en juillet 2011.

De 1978 à 1984, l’association organisait différents week-ends d’échanges et d’informations au « relais des patros », à Natoye. En 1984, l’APEDAF est reconnue, par la Fédération Wallonie-Bruxelles, comme « association d’Education Permanente », et crée alors son premier bulletin de liaison « La Parentière ».

C’est en 1990, et par l’initiative des parents d’enfants sourds et malentendants, que l’« Opération Souris » voit le jour dans le Tournaisis. De 1992 à 1994, deux week-ends d’échanges et d’information ont lieu à Wépion (La Marlagne), avec pour thèmes la « Culture sourde : mythe ou réalité ? » et le « Bilinguisme pour l’enfant sourd : un droit ? ».

En 1997, plusieurs projets sont mis sur pied :

La création du « Guide des parents d’enfants sourds et malentendants »
L’organisation des formations PATHS (Providing Alternative THinking Strategies)
Un week-end d’information et d’échanges qui aborde le thème « Les familles d’enfants sourds : un espace original », à Wépion (La Marlagne)

En 1998, l’association fête son 20ème anniversaire au Château de l’IRSA à Bruxelles. Elle profite de cette année symbolique pour inaugurer son site internet. La même année, le projet « Bébé, Bambin Sourds Bouquinent… » (projet d’animations de lecture de contes bilingues français – langue des signes) voit le jour à la bibliothèque d’Helmet, à Schaerbeek.

L’entrée dans le 2ème millénaire sonne le déménagement du siège social à la rue Van Eyck 11A, boîte 5 à Ixelles. Un nouveau week-end d’information et d’échanges est organisé sur le thème de la « Communication famille- surdité », à Wépion toujours. En 2002, l’« Opération Souris » s’étend à toute la Fédération Wallonie-Bruxelles, anciennement appelée Communauté française. Ce développement permet à l’association d’accroître sa visibilité aux yeux du grand public.

En 2003, l’ASBL fête officiellement son 25ème anniversaire à la bibliothèque Solvay, à Bruxelles. La même année, un forum politique voit le jour avec pour thèmes « L’enseignement » et « Le dépistage précoce et l’annonce de la surdité ». Un colloque sur « Le français fait signe à la Langue des Signes » est organisé en collaboration avec l’Institut Libre Marie Haps. En novembre de l’année 2003, un énième week-end d’information et d’échanges est présenté, sur le thème de la « Démystification de l’implant cochléaire » cette fois.

En 2005, un second forum politique sur les problèmes d’interprétation est organisé au siège de l’association. En parallèle, de nombreuses activités et projets voient le jour :

L’organisation d’une première formation à l’art du conte, à Tournai
L’inauguration de notre centre de documentation
La création d’un forum Internet
L’ouverture d’ateliers de conversation et d’initiation à la Langue des Signes, au LPC (Langage Parlé Complété) et à l’AKA (Alphabet des Kinèmes Assistés) à Bruxelles

En 2006, le dossier d’agrément d’Education Permanente du nouveau décret est accepté et accordé à l’APEDAF. L’asbl obtient sa reconnaissance dans le champ de l’Education permanente et produit annuellement des outils et services (brochures, DVD, CD-Rom, etc.) à l’attention du grand public. Ceux-ci sont diffusées au grand public abordant des thèmes liés à la surdité. Cette même année, un colloque sur « L’autonomisation de la personne sourde » est organisé ainsi qu’un spectacle visuel « OKIDOK ». Cette année-là, l’association se lançait également dans la mise en place de mini-conférences en lien avec les préoccupations des parents.

En 2007, le projet « Bébé, Bambin Sourds Bouquinent… » est étendu aux bibliothèques de Wavre, Nivelles et d’Arlon. Cette même année, notre bulletin de liaison « La Parentière » subit un changement de look !

En 2008, l’APEDAF célèbre fièrement son 30ème anniversaire à l’auditorium Fortis de Bruxelles. Cette année là marque également les 10 ans du projet « Bébé, Bambin Sourds Bouquinent… », célébrés au sein de la bibliothèque d’Helmet, à Schaerbeek. Un troisième forum politique, intitulé « L’accompagnement parental suite à la mise en place du programme de dépistage de la surdité dans les maternités », est organisé au siège de l’association. En 2009, le colloque « L’enfant sourd face aux défis de l’apprentissage » est organisé.

L’année 2011 est notamment marquée par l’organisation d’une grande soirée de gala de tennis de table, en présence de pongistes de renommée, à l’image de Jean-Michel Saive.

En 2012, un colloque ayant pour thème « Implant cochléaire et Langues des Signes : des ressources pour l’enfant sourd » est organisé par l’APEDAF. Il permet de donner la parole aux jeunes sourds qui baignent quotidiennement dans cette double culture et de rassurer les parents quant au devenir de leur enfant dans ce monde entendant.

En 2013, pour les 35 ans de l’APEDAF, lors d’une fête organisée au Heysel, l’APEDAF présente son nouveau logo, sa nouvelle stratégie de communication et sa nouvelle charte graphique.

Les années 2014 et 2015 signent également de grands tournants dans la vie de l’association, puisque survient, durant l’été 2014, le second déménagement du siège social pour s’implanter cette fois dans la commune d’Evere, au 43 Rue de Picardie.

L’organisation d’un colloque sur le thème « Etre parents d’enfants sourds : comment s’approprier ou se réapproprier ce rôle ? …et nous en ferons des enfants épanouis… » s’est tenu les 20 et 21 février 2016, à La Marlagne.

Dès 2015, l’APEDAF, soutenue par l’administration d’Education Permanente, se lance un tout autre défi : la mise en place de grandes campagnes de sensibilisation et d’information au grand public de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Chaque année des thèmes y sont traités :

2015    « Sourd et alors ? Je choisis mon emploi »

2016    « Sourd mais pas muet »

2017    « Sourd et bien informé »

2018    « Sourd dans la circulation »

2019    « L’école de mon choix c’est mon droit ! »

2020    « Tu écoutes de la musique ? Attention aux risques ! »

Les actions de sensibilisations et d’interpellations se poursuivent, et la présence de l’APEDAF est toujours plus importante lors d’événements grand public.